De l’eau pour l’hôpital de Pawa

26 / 05 / 2021

Au quotidien, 99 % des Belges ont accès à l’eau potable, mais environ 49 millions[1] de Congolais doivent marcher au moins 30 minutes chaque jour pour trouver de l’eau potable. Ce manque d’eau impacte les structures sanitaires. L’eau courante et potable y est nécessaire pour maintenir l’hygiène et éviter la transmission des maladies telles que le choléra, la diarrhée ou la typhoïde.

30 m³ d’eau par jour

En RD du Congo, l’hôpital de Pawa fonctionne pourtant sans eau. Il ne dispose pas de douches ou de latrines propres pour ses patients et son personnel. Il est difficile de nettoyer les salles, de stériliser le matériel chirurgical et de se laver les mains. Pour fonctionner correctement, l’hôpital de Pawa aurait besoin de 30 md’eau par jour. 

« Le manque d’eau cause des difficultés dans notre service. Il y a des retards dans nos activités et nos accouchées et leurs nouveau-nés sont exposés à différentes maladies. Parfois, nous accumulons du matériel qui n’a pas pu être nettoyé et nous envoyons les accompagnants des malades pour chercher de l’eau à 2 ou 3 kilomètres d’ici. », Louise, infirmière accoucheuse à l’HGR Pawa.

Une adduction d’eau en plusieurs étapes

Pour que l’hôpital de Pawa dispose d’eau potable au quotidien, des travaux ont débutés en 2020. Objectifs : réaliser un forage et des travaux d’adduction d’eau au sein de l’hôpital.

La première étape du projet consistait à rédiger un cahier des charges en collaboration avec Ingénieurs sans Frontières. Ensuite, une étude géophysique a eu lieu. Elle a permis de déterminer la localisation du forage, ainsi que sa profondeur : 95 mètres.

L’entreprise chargée des travaux, BEGI Congo, a quitté Kisangani et pris la direction de Pawa en décembre 2020. Le début des travaux de forage était prévu en saison sèche pour faciliter le trajet. Au total, 500 kilomètres de routes en mauvais état devaient être parcourus. Malheureusement, d’intenses pluies, inhabituelles pour la saison, ont inondé les routes. L’atelier de forage (un camion très imposant) s’est retrouvé bloqué et est tombé en panne.

atelier de forage bloqué sur la route innondée

Plus près de Pawa, le convoi a de nouveau rencontré des problèmes, notamment pour franchir certains ponts.

l'atelier de forage est tombé en traversant le pont

Démarrage des travaux de forage

Les travaux de forage ont commencé mais la foreuse n’a pas encore atteint la profondeur souhaitée (95 mètres). L’état du débit est donc encore inconnu. L’essai de pompage sera validé si le forage arrive à un débit de 6m³/heure durant 24 heures en continu.

Une fois que le forage sera effectif, la partie adduction d’eau pourra débuter. Des points d’eau potable seront mis à disposition des malades et de leurs accompagnants. Des robinets et des lavabos seront déployés dans la salle d’accouchement, le laboratoire, la salle de brossage (espace de désinfection qui mène à la salle d’opération) et également dans les couloirs pour faciliter le travail des soignants et du personnel technique, améliorant ainsi la qualité des soins prodigués.

 

L’approvisionnement en eau de l’hôpital de Pawa est la seconde étape d’un plus grand projet dont la première partie : l’électrification, a déjà été réalisée grâce au soutien de généreux donateurs. Pour en savoir plus : https://memisa.be/fr/electricite-pawa/

Ce projet est réalisé en collaboration avec l’asbl Ingénieurs Sans Frontières Belgique et avec le soutien financier du Groupe santé CHC Liège, hôpital partenaire de Pawa dans le cadre du projet Hôpital pour Hôpital de Memisa. Le CHC Liège est solidaire de Pawa depuis plus de 10 ans. 

 

Chaque don compte !
Déduction fiscale à partir de 40 euros par an
Consultations prénatales pour 5 femmes
25€
Transport et césarienne qui vont sauver la vie d’une femme enceinte
40€
Kit de réanimation pour prématurés
60€