style="background-image:url('https://memisa.be/wp-content/uploads/2023/12/CDS-5-GM-16-scaled.jpg');"

15 janvier 2024

Les hôpitaux aussi sont solidaires !

Travailler dans un hôpital, y soigner chaque jour des patient.e.s, entendre leurs histoires, leurs expériences,… ça rapproche !

En Belgique ou dans le Sud global, les prestataires de santé partagent la même envie de soigner les patient.e.s et de sauver des vies. Grâce à l’initiative Hôpital pour Hôpital  de Memisa, les hôpitaux belges peuvent soutenir concrètement des collègues en RD du Congo ou au Bénin.

L’initiative Hôpital pour Hôpital

Les hôpitaux solidaires en Belgique sont jumelés à des zones de santé dans lesquelles Memisa est active.

Cela se traduit de manière très concrète. Tout d’abord, le personnel de soins des hôpitaux belges s’engage à sensibiliser les patients et les visiteurs aux inégalités liées à l’accès aux soins de santé de qualité. Ils et elles réalisent également, tout au long de l’année, des activités de récolte de fonds pour soutenir des projets mis en œuvre par Memisa dans ces zones de santé.

Ainsi, à Pawa, dans le nord-est de la RD du Congo, plus de 50 panneaux solaires ont ainsi été installés sur le toit de l’hôpital. Un projet rendu possible notamment grâce au soutien du CHC de Liège.

Memisa organise des voyages d’immersion

Tous les 2 ans, dans le cadre de l’initiative Hôpital pour Hôpital, Memisa offre l’opportunité à des travailleurs des hôpitaux solidaires de se rendre dans la zone de santé jumelée.

L’objectif de ces voyages d’immersion est de permettre au staff des hôpitaux solidaires de découvrir comment les soins médicaux sont organisés dans un pays du Sud Global, et de se confronter au quotidien des communautés . Ces voyages sont l’occasion d’une prise de conscience des inégalités persistantes en matière d’accès à des soins de santé de qualité.

A leur retour en Belgique, les bénévoles du réseau Hôpital pour Hôpital sont encore plus outillés pour sensibiliser leurs proches et à encourager l’engagement du grand public belge envers les défis mondiaux de la santé.

Un partenariat à distance mais des activités concrètes !

Chaque année, les hôpitaux solidaires débordent d’imagination pour soutenir les zones de santé avec lesquelles elles sont jumelées. Les activités présentées ci-dessous ne sont qu’une poignée d’exemples parmi les nombreuses initiatives développées par les hôpitaux du réseau Hôpital pour Hôpital.

style="background-image:url('https://memisa.be/wp-content/uploads/2024/01/©-Memisa-18.png');"

2 janvier 2024

Article d’opinion: La justice climatique, c’est aussi l’accès aux soins de santé de qualité

Nous savons tous aujourd’hui que le changement climatique ne se limite pas à une crise écologique. Il est également à l’origine de crises sanitaires et a des conséquences désastreuses sur la santé publique mondiale, et sur les d’accès aux soins médicaux. En tant qu’employé de Memisa, je considère qu’il est de mon devoir d’attirer l’attention sur ce thème.

 

En RD du Congo, les centres de santé sont difficilement accessibles

La justice climatique, fait, à raison, couler beaucoup d’encre. Il est important de souligner, et je le fais à nouveau, que la crise climatique n’affecte pas tout le monde de la même manière. Les pays du Sud Global, à plus faible revenu, sont touchés de manière disproportionnée par le changement climatique, même s’ils y ont le moins contribué. À cela s’ajoute le fait que des milliards de personnes dans le monde – dont la plupart vivent dans les pays du Sud – n’ont pas accès aux soins de santé ou n’y ont qu’un accès insuffisant. Ces deux inégalités se renforcent mutuellement.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le changement climatique constitue la plus grande menace pour la santé des populations dans le monde. Le changement climatique pourrait remettre en cause des décennies de progrès dans le domaine de la santé mondiale. « Sans soutien extérieur, ce sont les systèmes de santé fragiles des pays à faible revenu qui seront les moins à même de faire face aux effets du changement climatique », a déclaré Ishmael Nyasulu (OMS, 2023).

Chez Memisa, nous travaillons chaque jour pour améliorer l’accès et la qualité des soins de santé dans nos pays partenaires, avec une attention particulière pour les plus vulnérables (les femmes enceintes et les jeunes enfants en particulier). Chaque jour, des centaines de femmes meurent des suites d’une grossesse ou d’un accouchement. En République Démocratique du Congo, pays où Memisa est présente, plus de 500 femmes meurent en moyenne pour 100 000 naissances enregistrées (Banque mondiale). C’est 75 fois plus qu’en Belgique (Statbel, 2023).

Accès aux soins de santé

Si l’accès à des soins de santé de qualité est une évidence en Belgique, il n’en est pas de même pour les habitants de nos pays partenaires. Le système de santé des pays dans lesquels Memisa intervient est loin d’être accessible aux personnes en situation de vulnérabilité. Comme nous l’avons vu plus haut, les taux de mortalité maternelle et infantile y sont encore beaucoup trop élevés. Et le changement climatique renforce ces tendances.

L’impact du changement climatique sur les soins de santé prend des proportions désastreuses. Le réchauffement de la planète est à l’origine d’un nombre croissant de problèmes de santé et complique l’accès à des soins de santé de qualité.

En raison du changement climatique et de ses conséquences directes et indirectes, de nombreux problèmes de santé surviennent plus fréquemment chez les femmes enceintes et les jeunes enfants. Par exemple, le nombre de maladies infectieuses augmente. Les grossesses chez les femmes deviennent plus difficiles sous les fortes températures. De plus, les enfants sont davantage exposés à la malnutrition chronique en raison de l’insécurité alimentaire croissante. Ce ne sont que quelques conséquences, parmi une longue liste d’autres effets néfastes du changement climatique sur la santé publique.

Par ailleurs, la crise climatique complique également l’accès à des soins de santé de qualité. Les systèmes de santé locaux sont durement touchés par les effets du changement climatique. Les constructions et infrastructures de soins, fragiles, sont les premières à tomber lors de catastrophes climatiques. Pensez aussi à l’accessibilité des hôpitaux et des centres de santé. Les inondations rendent les routes impraticables, empêchant par exemple les femmes enceintes d’atteindre le centre de santé à temps.

 

Il est de plus en plus difficile d’accéder aux centres de santé, lorsque des routes sont détruites par des catastrophes climatiques (Photo: RD Congo)

Le changement climatique impacte des millions de personnes – déjà –  vulnérables. Les enfants d’aujourd’hui, mais aussi leurs descendants. La justice climatique exige que le secteur de la santé agisse  sur l’atténuation, c’est-à-dire sur la réduction des émissions afin que le problème du changement climatique ne s’aggrave pas. Il est également primordial de travailler sur l’adaptation des systèmes de santé locaux aux effets du changement climatique, afin d’en minimiser les impacts.

En tant qu’ONG, Memisa aide les structures de santé à s’organiser pour mieux faire face aux effets du changement climatique. La construction de nouveaux centres de santé se fait ainsi dans des endroits où le risque d’inondation est plus faible qu’ailleurs.

En outre, les ONG ont la responsabilité de réduire leurs émissions de CO2 dans le cadre de leurs activités, afin de contribuer le moins possible au problème du changement climatique. Mais il est également important que les ONG encouragent les acteurs belges à agir, afin que nous prenions également nos responsabilités en Belgique. Par ailleurs, il est essentiel de réfléchir à la manière dont le secteur peut agir face aux conséquences du changement climatique sur le terrain. « Comment pouvons-nous rendre les systèmes de santé locaux plus résilients et résistants aux impacts du changement climatique ? ». Une question qui devient de plus en plus pertinente pour les ONG médicales telles que Memisa.

Lutter contre l’injustice climatique

Nous avons pleinement soutenu la campagne de 11.11.11 de 2023, dont le thème était l’injustice climatique. En tant qu’ONG de solidarité internationale, nous pensons qu’il est important de se joindre à la lutte contre l’injustice climatique. Car si nous n’agissons pas collectivement, la crise climatique risque de provoquer une crise sanitaire encore plus grave pour les populations du Sud, pour lesquelles nous travaillons tous les jours.

À terme, le changement climatique menace notre santé à tous. L’injustice climatique n’est plus une réalité lointaine, comme le pensent encore trop de personnes. L’impact de la crise climatique sur la santé et les soins est réel, en Belgique également. Il n’est pas inconcevable que l’accès aux soins de santé devienne plus difficile pour nous aussi, dans les pays occidentaux, comme pour les femmes enceintes en RD du Congo. Que se passerait-il si, en Belgique aussi, les femmes enceintes ne pouvaient pas se rendre à l’hôpital car les inondations ont rendu les routes impraticables ? Quelle importance accorderions-nous alors à la lutte contre l’injustice climatique ?

Memisa espère que des politiques climatiques plus équitables seront mises en œuvre de toute urgence afin que les populations vulnérables du Sud aient un accès à des soins de santé de qualité. L’inégalité d’accès aux soins de santé dans le monde ne fera que s’aggraver à mesure que le changement climatique se poursuivra. Le secteur de la solidarité internationale s’associe donc à la recherche de solutions transversales et commence à travailler sur cette question cruciale.

Car c’est ensemble que nous pourrons élaborer de manière constructive des solutions pour que les systèmes de santé locaux des pays du Sud puissent mieux s’armer contre les conséquences du changement climatique.

Thibaut Verhaeghe – Communication Officer chez Memisa

Cet article d’opinion a également été publié dans MO Magazine: https://www.mo.be/opinie/klimaatrechtvaardigheid-gaat-ook-over-de-toegang-tot-kwaliteitsvolle-gezondheidszorg

 

style="background-image:url('https://memisa.be/wp-content/uploads/2023/07/temoignage-JK2-Copie-scaled.jpg');"

1 août 2023

Les initiatives génératrices de revenu, bénéfiques pour la santé

Au Burundi, les femmes portent la responsabilité des soins de santé familiaux. Lorsqu’elles n’ont pas les moyens d’assumer les frais médicaux, c’est toute la famille qui en subit les conséquences. Pour que ces femmes bénéficient d’un revenu et puissent accéder, elles et leurs familles, aux soins de santé, Memisa encourage les initiatives génératrices de revenus.Groupement de femmes - IGR

Qu’est-ce qu’une initiative génératrice de revenu ?

Une initiative génératrice de revenu est une activité économique qui a pour objectif de générer des revenus réguliers à leurs initiatrices afin d’améliorer leurs conditions de vie. Activités de couture, commerce de légumes, exploitation de moulins à céréales, élevage… Les initiatives appuyées par Memisa dans les provinces de Muyinga et Muramvya sont très variées. Les femmes bénéficiaires font elles-mêmes des propositions de projets en fonction de leurs compétences et de leurs envies. Memisa finance le démarrage et/ou la poursuite de ces activités et la Croix Rouge du Burundi organise des formations en gestion pour renforcer les compétences gestionnaires de ces femmes.

Vente de légumes - AGR Burundi

 

« Je suis veuve et vis avec mes 4 enfants. Je devais parfois mendier pour pouvoir nourrir ma famille. Memisa nous a permis d’avoir un capital pour un petit commerce de vente de tomates, arachides et autres légumes. Aujourd’hui, mon affaire marche bien. Je vis bien et je suis capable de me procurer ainsi qu’à mes enfants tout ce dont nous avons besoin. Je suis maintenant affiliée à une mutuelle pour avoir accès aux soins de santé » Clémence (nom d’emprunt)

Des bénéfices multiples, aussi sur la santé

Lorsque nous aidons les femmes à développer leur petit élevage de chèvres et à vendre le fumier dans le voisinage, le bénéfice est double. Tout d’abord, générer un revenu grâce à la vente du fumier et ensuite, améliorer le rendement de leurs cultures et celles de la communauté grâce à l’utilisation de cet engrais naturel.

Les femmes peuvent utiliser les fonds dégagés par leurs activités pour financer les soins de santé du foyer : elles achètent une carte d’assistance médicale ou paient directement les consultations et les médicaments. 25% d’entre elles se sont même affiliées à une mutuelle de santé. Depuis le début du projet en 2020, Memisa a ainsi aidé 263 femmes et leurs familles à sortir de la précarité !

Répartition des mécanismes d’accès aux soins de santé des femmes autonomes suite au projet :

Mutuelles communautaires : 21%

Carte d’assistance médicale : 48%

Paiements directs : 31%

« Nous avons reçu de la part de Memisa des fonds pour construire une citerne d’eau. Avec d’autres femmes, nous entretenons la citerne, nous récoltons l’eau de pluie et nous la vendons pour un petit montant. Ces revenus sont remis dans des épargnes locales et des microcrédits et nous aident à faire vivre convenablement nos familles » , explique Venancie.

Vente d'eau - IGR Burundi

Pour Edouard  NKURUNZIZA et Confiance KANEZA de Memisa au Burundi, la réinsertion socioéconomique des femmes les plus pauvres est une piste de réduction des inégalités d’accès aux soins de santé du Burundi. Elle permet  aux ménages un accès autonome et équitable aux soins de santé de base et de qualité. Un encadrement social et communautaire est un bon apprentissage dans la gestion des revenus dans des actions bénéfiques à cet accès. 

 

Nous avons dédié un Memisa Info entier à ce sujet. Intéressé.e ? Découvrez-en davantage sur les IGR !

 

style="background-image:url('https://memisa.be/wp-content/uploads/2019/07/Cover.jpg');"

SOUTENEZ NOTRE PROJET

En 2024, soutenez la construction d'un centre médical à Pay Kongila, en République démocratique du Congo.

Je fais un don