République Démocratique du Congo

  • République Démocratique du Congo

La RD du Congo est le pays où Memisa totalise le plus grand nombre de projets.
Nous y travaillons dans 7 provinces et soutenons 25 zones de santé. 25 hôpitaux et près de 400 centres de santé bénéficient ainsi du soutien de Memisa, soit près de 4,3 millions de personnes.

COVID-19

En 2020, Memisa a pu poursuivre ses activités grâce à l’adaptabilité et à la créativité de tous ses employés et grâce au soutien fidèle de ses généreux donateurs. Avec nos partenaires locaux, nous avons continué à travailler à l’amélioration des infrastructures médicales, à la fourniture d’équipements médicaux et de médicaments ainsi qu’à la formation continue du personnel soignant.

Dès le début, Memisa a insisté sur la prévention et la sensibilisation afin d’empêcher la propagation du coronavirus dans ses pays partenaires. En RD du Congo, les actions visant à endiguer l’épidémie faisaient partie des plans provinciaux de lutte contre la COVID-19. Les centres de santé situés à proximité des grands axes de communication étaient considérés comme prioritaires et ont été les premiers à bénéficier d’un soutien sous forme de matériel de protection (masques, gants, gel hydroalcoolique, thermomètres et bouteilles d’eau). Ensuite, les hôpitaux et les centres de santé ont été réaménagés afin de limiter le plus possible le contact entre les patients. Enfin, de nombreuses formations ont été organisées dans toutes les zones de santé tant pour le personnel médical que pour les travailleurs communautaires. D’une part, de nouvelles
formations spécifiques sur la lutte contre l’épidémie et le coronavirus et d’autre part, des formations déjà programmées (avec les mesures de sécurité requises), mais avec, en plus, une séance sur la COVID-19.

Favoriser des grossesses saines et
des accouchements en toute sécurité

Le taux de mortalité de femmes pendant leur grossesse ou leur accouchement est un bon indicateur du fonctionnement des soins de santé de base d’un pays. En effet, le taux de mortalité est influencé par la qualité et l’accessibilité des établissements de santé, la présence ou non de personnel médical qualifié et l’accessibilité fi nancière des soins.

La zone de santé de Popokabaka (6.949 km²) compte 25 maternités. En 2018, les mortalités maternelle et infantile étaient alarmantes, notamment parce que les femmes enceintes présentant des complications n’étaient pas dirigées (ou trop tard) vers un hôpital. Afin de réduire ces chiffres élevés, un groupe de sages-femmes, d’infirmières et d’infirmiers de l’hôpital de Popokabaka a décidé de soutenir le personnel des maternités isolées par un échange de connaissances. Une initiative locale (mise en oeuvre en 2019-2020) qui a pu compter sur le soutien de Memisa et de son partenaire, le Bureau Diocésain des OEuvres Médicales (BDOM). Plusieurs séances pratiques ont permis d’échanger des expériences, d’évoquer les principaux symptômes et recommandations concernant les complications pendant la grossesse. Une évaluation a été organisée en août et elle a révélé que les résultats sont encourageants : d’une part, la profession de sage-femme est revalorisée et d’autre part, les femmes enceintes avec des complications sont plus vite dirigées vers un hôpital.

Construction et rénovation

Dans la zone de santé de Gemena, Memisa a soutenu la construction du centre de santé de Balaw. La communauté a participé étroitement à ce processus et a fabriqué des pierres. L’utilisation de pierres brutes évite de devoir utiliser du bois pour leur cuisson, ce qui rend le processus écologique tout en luttant contre la déforestation. Le rôle essentiel joué par la communauté tant durant la phase de préparation que pendant les travaux de construction a été d’une importance majeure pour la réussite de ce projet de construction.
2020 a été une année exceptionnelle en matière de travaux de construction, tant pour la province du Kongo central que pour celle d’Ituri. Un financement de l’Union européenne a permis la construction de nouveaux centres de santé à grande échelle. Lors de l’élaboration des plans, une attention particulière a été accordée au respect des normes d’hygiène et des critères de durabilité.

Formations

Le renforcement des capacités est l’un des axes prioritaires de notre programme. De nombreux stages et formations ont dû être annulés ou reportés suite à la fermeture des frontières, aux confinements (locaux) et aux restrictions imposées aux réunions. Cependant, en 2020, une multitude d’initiatives enrichissantes ont pu avoir lieu. L’hôpital de référence Saint Luc à Kisantu a offert un accompagnement à plusieurs infirmières, infirmiers, kinésithérapeutes et médecins. Les médecins, infirmières et infirmiers de Saint Luc ont pu, à leur tour, perfectionner leurs connaissances et compétences à la Clinique universitaire ainsi qu’à l’hôpital Ngaliemaa de Kinshasa.

Initiatives locales

Les soins de santé dépassent le cadre des consultations médicales. En effet, la communauté a un rôle à jouer. Pour obtenir des résultats durables et de qualité avec des budgets relativement limités, nous mobilisons la population et nous encourageons les initiatives locales. Il s’agit, d’une part, de projets liés directement à l’amélioration des soins de santé et, d’autre part, d’actions qui contribuent indirectement à une meilleure santé de la population, comme une alimentation saine ou l’accès à l’eau propre. Par exemple, dans la province du Kwilu, nous travaillons, en partenariat avec l’organisation Éducation à la santé, à la construction d’un réservoir d’eau souterrain. Le stockage de l’eau permet de surmonter les périodes de longue sécheresse, ce qui est non seulement bénéfique pour l’agriculture, mais qui réduit la malnutrition et améliore aussi considérablement l’hygiène au centre communautaire voisin de Saint-Benoît. Le réservoir peut stocker environ 126 L³.

Chaque don compte !