Bénin : un ambitieux projet d’eau, hygiène et assainissement

19 / 11 / 2021

Au Bénin, l’accès à l’eau potable et l’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement constituent un défi majeur.

« Les communautés qui n’ont pas accès à l’eau, qui ne disposent pas d’infrastructure d’hygiène et qui ne sont pas sensibilisées sont affectées par les maladies hydriques et surchargent les centres de santé. Le manque d’accès à l’eau peut aussi créer des conflits entre et à l’intérieur des communautés et créer des disparités sociales au sein des communautés. » Dr Jean-Pierre D. HOUNYET, médecin Accompagnateur Technique.

C’est pourquoi Memisa et ses partenaires, Amces et Uramo, souhaitent améliorer la fourniture en eau potable, l’hygiène et l’assainissement dans 4 zones sanitaires du département du Borgou.

Au Bénin, Memisa travaille avec l’AMCES (Association des œuvres Médicales Privées Confessionnelles Associatives et Sociales du Bénin) pour assurer la réalisation des activités. L’AMCES est située à Cotonou et dispose d’une antenne à Parakou (dans le Borgou) : l’URAMO (Unité Rapprochée d’Accompagnement et de Mise en Œuvre). L’URAMO garantit la bonne mise en œuvre des interventions de Memisa dans les 4 zones sanitaires du Borgou.

Eau, hygiène, assainissement : un trio capital

Au Bénin, en zone rurale, moins d’un ménage sur cinq a accès à un ouvrage adéquat d’évacuation des excréments (INSAE). Près de quatre habitants sur 10 n’ont pas accès à l’eau potable. Les rares points d’eau potable sont situés en périphérie des villages. Les femmes et les enfants doivent donc parcourir de nombreux kilomètres chaque jour pour aller chercher de l’eau.

Cette situation a de graves conséquences sur la santé des habitants. Ils peuvent être touchés par des maladies telles que le choléra, la diarrhée, le paludisme et la diphtérie, entre autres.

Les structures de santé sont impactées

Plusieurs centres de santé du Borgou n’ont toujours pas d’eau courante pour les besoins quotidiens d’usage médical, de nettoyage et d’entretien. Ils ne proposent ni douches ni latrines propres pour leurs patients ou leur personnel. Sans système d’adduction d’eau, les maladies d’origines hydriques sont favorisées. En conséquence : une aggravation de l’état nutritionnel de la population. Surtout, celui des enfants de moins de cinq ans.

Actuellement, au centre de santé de Guéran’Kali les agents de santé s’approvisionnent en eau non potable dans des bidons jaunes, à 300 mètres du centre. En saison sèche, quand le puits est à sec, ils doivent se rendre dans le village voisin, 6 km plus loin.

Approvisionnement en eau

Approvisionnement en eau au centre de santé de Guéran’Kali. ©Memisa

Un chantier important

Pour mener à bien ce projet, de nombreux travaux doivent être réalisés :

  • Réhabiliter 2 forages
  • Réaliser 2 forages
  • Réhabiliter 2 ouvrages de gestion des eaux perdues
  • Réhabiliter et réaliser 10 ouvrages d’évacuation hygiénique des eaux usées des sanitaires dans les formations sanitaires
  • Réaliser 12 ouvrages d’évacuation hygiénique des eaux usées des douches

Suite à ces travaux, 2 centres de santé quidisposeront d’un accès à l’eau potable, 14 formations sanitaires bénéficieront d’un système d’évacuation des eaux usées. Des comités d’hygiène locaux assureront la maintenance des infrastructures et les habitants sensibiliseront aux bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement. Au total, environ 1 482 579 personnes pourront bénéficier de ce projet.

Pour réaliser ce projet, 96 636 € sont nécessaires. Pouvons-nous compter sur votre soutien ? 

Je soutiens les patients de la zone sanitaire du Borgou

Avec votre soutien, les patients du Borgou auront accès à de l’eau potable et à des structures d’hygiène et d’assainissement.

Ce projet d’amélioration de la fourniture en eau, de l’hygiène et de l’assainissement dans les 4 zones sanitaires du Borgou est une réponse pertinente pour permettre de réaliser l’objectif de développement durable numéro 6 qui est de garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable.
Exemple de réalisation

Depuis plusieurs années, Memisa réalise des ouvrages d’assainissement (toilettes, douches et collecte d’eau) dans les centres de santé. En 2019, dans le Haut-Uélé (RD du Congo), 4 centres de santé ont ainsi bénéficié de la construction de blocs de latrines et de l’installation d’un réservoir à eau de pluie. ©Memisa

Chaque don compte !
Déduction fiscale à partir de 40 euros par an
Consultations prénatales pour 5 femmes
25€
Transport et césarienne qui vont sauver la vie d’une femme enceinte
40€
Kit de réanimation pour prématurés
60€