Inde

  • Inde

Notre approche en Inde est différente de celle que nous mettons habituellement en place dans les pays africains. Comme toujours, Memisa développe ses programmes sur base des forces d’un pays ou d’une population locale.

En Inde, cette force réside dans la société civile et, en particulier, dans les mouvements de femmes. Avec notre partenaire local « West Bengal Voluntary Health Association » (WBVHA), nous soutenons un réseau de plus de 40 ONG locales, regroupées en 5 plateformes dans 5 districts.

En 2018, nous avons élargi les « Community Health Funds » pour venir en aide à 5.302 familles. Ces fonds contribuent à couvrir les frais supplémentaires liés aux soins de santé, tels que les coûts de transport, rendant ainsi les soins de santé plus accessibles pour les familles vulnérables.

Memisa soutient également diverses initiatives sanitaires dans les villages, telles que la gestion des déchets, l’accès à l’eau et l’installation de structures sanitaires. Notre engagement en faveur du développement communautaire s’étend également à d’autres thèmes transversaux tels que la lutte contre les mariages d’enfants ou contre les violences faites aux femmes.

DÉCOUVREZ LA VIDÉO SUR NOS ACTIVITÉS EN INDE:

Chaque don compte !

Prix minimum: 1

Consultations prénatales pour 1 femme
Consultations prénatales pour 2 femmes
Consultations prénatales pour 3 femmes
Consultations prénatales pour 4 femmes
Consultations prénatales pour 5 femmes
Transport et césarienne qui va sauver la vie d’une femme enceinte
KIT DE MÉDICAMENTS DE BASE
Kit de réanimation pour les bébés prématurés
TABLE D’ACCOUCHEMENT
LIT D’HÔPITAL AVEC MATELAS LAVABLE
6 PANNEAUX SOLAIRES
12 PANNEAUX SOLAIRES
Veuillez indiquer un montant correcte
Déduction fiscale à partir de 40 euros par an

Témoignages

Anwara Biwi
de Vushna, Bengale-Occidental
Mon mari, Ashadul roule avec un Taxi-vélo. Il est le seul à ramener un revenu à notre famille. Lorsque je suis tombée enceinte de notre quatrième enfant, nous avions très peur. J’avais déjà fait deux fausses-couches. Nous n’avions pas assez d’argent pour que je mange une alimentation variée, j’ai dû faire de lourdes tâches ménagères et je souffrais d’anémie sévère. J’étais aussi persuadée que, si j’allais à l’hôpital pour accoucher, cela allait coûter très cher à ma famille Je choisissais donc d’accoucher à la maison. Heureusement, un agent de santé local m’a dit que j’avais droit à des soins de santé. Il m’a convaincue de demander de l’aide. J’ai suivi ses conseils et maintenant je vais pouvoir donner naissance à mon bébé en tout sécurité, grâce au soutien financier des autorités.
Pratika Tamang
31 ans
Mon premier enfant est mort peu de temps après sa naissance parce que j’avais une tension trop élevée pendant la grossesse (pré-éclampsie). Depuis, WBVHA est devenue active dans la région. Je suis retombée enceinte et une sage-femme a suivi ma grossesse : elle venait mesurer la tension tous les mois. Aujourd’hui, mon enfant est en bonne santé. Merci !