Le diabète en Afrique : d’une menace inconnue à un problème à résoudre

01 / 10 / 2020

« Il y a quelque temps, j’ai soudainement perdu du poids et je me sentais de plus en plus faible. Je devais aller aux toilettes et j’avais soif tout le temps. Je me suis inquiétée et je suis allée au centre de santé de Kingansani. On m’a diagnostiqué un diabète… Une légère panique s’est emparée de moi. Je ne savais pas ce que cela signifiait, encore moins ce qu’il fallait faire », raconte Denise Sindani (23 ans) de Kimbanseke en RD du Congo.

En RD du Congo, comme dans de nombreux pays d’Afrique, le nombre de maladies non transmissibles augmente régulièrement et constitue une cause majeure de décès. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 300 000 Africains sont décédés du diabète en 2017 et 41 millions de personnes devraient développer la maladie sur le continent d’ici 2045.

Un diagnostic tardif

Timothée Massaya, infirmier et responsable des patients diabétiques à l’hôpital de Vanga en RD du Congo, voit le nombre de patients augmenter. « Les besoins sont grands. Un des plus gros problèmes est le diagnostic tardif. Parfois, nous ne voyons les patients que quand il y a des complications telles que l’hyperglycémie ou le coma diabétique. C’est très dangereux. »

Depuis 2008, l’ONG médicale Memisa soutient le traitement des patients diabétiques en RD du Congo. Memisa fournit de l’insuline, des seringues et des tests pour vérifier le taux de sucre dans le sang. Memisa assure également la formation du personnel médical afin qu’il puisse suivre les patients et mieux connaître la maladie. L’organisation encourage également le gouvernement à inclure les soins aux diabétiques dans sa politique de santé.

Denise pourrait se rendre dans l’un des centres soutenus par Memisa. « Ma panique s’est rapidement calmée lorsque le médecin m’a expliqué ce que signifiait être diabétique. Il m’a donné de l’insuline et m’a appris à utiliser un glucomètre. »

Enfants et adolescents

Ce n’est pas vrai que le diabète n’affecte que les personnes âgées. La maladie se manifeste dans toutes les couches de la population. Il en existe différents types. Les plus connus sont le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Dans le type 1, le système immunitaire attaque et détruit les cellules bêta du pancréas. En conséquence, le corps ne produit pas ou pas assez d’insuline. Cette affection se manifeste généralement chez les enfants ou les adolescents et peut même entraîner la mort si un traitement approprié n’est pas administré. Dans le diabète de type 2, l’organisme manque d’insuline. L’obésité peut être un des facteurs de risque dans le développement de cette deuxième forme.

« Dans l’hôpital où je travaille, je vois des progrès. Les traitements commencent à faire effet et le nombre de complications graves est en baisse », déclare Timothée. « Des campagnes de sensibilisation sont menées pour que le diabète ne soit plus une menace inconnue, mais un problème à résoudre. »

Chaque don compte !
Déduction fiscale à partir de 40 euros par an
Consultation prénatale pour 5 femmes
Un transport et une césarienne qui sauvent la vie d'une femme enceinte
Kit de réanimation pour les bébés prématurés

Soutenez notre projet

En 2023, soutenez la construction d'un centre médical à Pay Kongila, en République démocratique du Congo.

Je fais un don