Marie-Stéphanie, nouvelle recrue Memisa : “L’énergie des Congolais me redynamise”.

17 / 07 / 2019

J’ai hâte de partir” , nous confie Marie-Stéphanie Smet peu avant son départ pour Kinshasa. Elle y occupera le poste de responsable logistique. Après une absence de quatre ans, elle retourne enfin en RD du Congo, où elle a vécu et travaillé de nombreuses années.

C’est la première fois que je travaille dans la coopération au développement. Je suis consciente des défis qui m’attendent, et en même temps, je pars confiante. Je soutiens pleinement les valeurs humanitaires – telles que la solidarité – qui sont très importantes pour Memisa. Je suis restée une semaine à Bruxelles, avec les équipes de Memisa. J’ai pu constater que d’un côté, il s’agit d’une organisation très professionnelle avec beaucoup d’expertise et d’expérience. De l’autre côté, elle ne perd pas de vue l’aspect personnel. La communication est transparente et les relations entre le terrain et Bruxelles sont très étroites.

Etre accueillie avec le sourire, que demander de plus

Une fois sur place, Marie-Stéphanie, sera entre autre chargée de surveiller et de réaliser des rapports sur l’achat, l’expédition et la réception de l’équipement. Elle quittera occasionnellement la capitale pour se rendre dans des endroits plus reculés. “Vous pouvez lire tous les rapports du monde, vous ne comprendrez jamais pleinement la réalité si vous ne l’observez pas de vos propres yeux“, nous dit-elle.

Quand on lui demande quel aspect de la RD du Congo lui a le plus manqué, pendant ses 4 années en Belgique, elle répond : “la couleur”. “Chaque fois que je reviens du Congo, je suis frappée de voir à quel point les gens en Belgique sont habillés de façon sombre“, dit-elle en riant. “Mais bien sûr, cela va plus loin que cela. Bien que les obstacles soient importants dans un pays comme la RD du Congo, l’énergie avec laquelle les Congolais veulent travailler me dynamise. Entrer chaque matin dans un bureau où tout le monde vous accueille avec le sourire, qui ne souhaite pas ça ?